Yoga prénatal et grossesse : une pratique adaptée

Yoga, Pilates prénatal centre Qee Paris Femme enceinte

La question est récurrente pour beaucoup de femmes enceintes : puis-je continuer ma pratique du yoga normalement? Dois-je passer à un cours de yoga prénatal? Quand le faire? Quelle est la particularité du yoga prénatal?

Malheureusement, elles risqueront de recevoir des conseils souvent divergents.

        * Ne rien faire pendant les 3 premiers mois de grossesse puis reprendre leur pratique antérieure pour le reste de la grossesse en passant au yoga prénatal quand elles se sentent trop lourdes pour participer à leur cours habituel.

         * Continuer leur pratique antérieure sans en commencer une nouvelle pendant les trois premiers mois puis passer au yoga prénatal. En passant par toutes les nuances intermédiaires.

          * L’accompagnement de la maternité dans sa globalité est rarement homogène, les avis varient souvent, la plupart du temps à cause d’un manque de connaissance de la physiologie de la grossesse ou de la pratique sportive en elle même.

Beaucoup de personnels de santé ne sont pas formés sur la thématique du sport et de la maternité, tout comme beaucoup de professionnel du sport et du bien être ne sont pas formés à la spécificité de la grossesse.

La pratique sportive est bénéfique tout au long de la grossesse (si cette grossesse ne présente pas de pathologie), néanmoins cette pratique devra être adaptée à la physiologie de la grossesse au risque de causer maints dégâts souvent bien plus pour la future maman que pour son bébé.

 Il s’agit en règle générale d’atteintes dans les régions périnéale et abdominale causées par un mauvais/trop fort engagement de la zone.

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte lorsque l’on donne des cours aux femmes enceintes : la poussée de l’utérus qui exerce une pression de plus en plus importante sur la paroie abdominale et sur le périnée, l’hyperlaxité ligamentaire (facteur hormonal) ainsi quel’essoufflement et les variations de tension artérielle (liés en partie au litre de sang supplémentaire à oxygéner).

Pendant le premier trimestre de grossesse, l’utérus n’exerce encore que peu de pression supplémentaire et si essoufflement et hyperlaxité peuvent déjà nuire durant la pratique c’est le seul moment où une femme dont la pratique est régulière et maîtrisée pourra aisément poursuivre son activité antérieure. En évitant des enchaînement trop cardio et en surveillant les étirements, si la femme se sent à l’aise dans sa pratique elle peut aisément suivre un cours tout en écoutant son ressenti.

En revanche, à partir du début du deuxième trimestre, le yoga prénatal sera la seule pratique de yoga respectant l’intégrité du corps de la future maman.

L’utérus prend alors beaucoup plus de place et pour éviter trop de pression sur le périnée et le risque de diastasisdes grands droits il faudra alors éviter les postures de gainage et tout engagement abdominale trop intense. Des adaptations compliquées à indiquer dans un cours collectif quand bien même le professeur serait formé et bienveillant.

Le yoga prénatal offre à la fois des séries de postures adaptées pour ne pas léser le corps des futures mamans mais il n’est pas un yoga doux adapté à un gros ventre.

Spécifiquement développé pour cette période particulière il apprend à gérer et accompagner les bobos de la grossesse : sciatique, circulation veineuse, tensions cervicales … Il engage également un travail du périnée nécessaire pour bien porter bébé et récupérer après l’accouchement, offre un maîtrise de la respiration essentielle à la préparation à l’accouchement et apprend à engager les bons abdominaux.

 Il peut être dynamique, engage musculairement et se veut pédagogique. Car oui conserver un minimum de masse musculaire et bouger pendant la grossesse permet de se sentir bien dans son corps et favorise l’oxygénation de bébé.

 

 

Certes, vous verrez de nombreuses sportives de haut niveau ou même des professeurs de yoga poursuivre leur pratique sans l’adapter (souvent par la force des choses car elles doivent continuer de travailler et d’enseigner) : mais à quel prix quelques mois plus tard? Une rééducation à rallonge? Des douleurs chroniques? Des problèmes de hernie?

La grossesse est une parenthèse importante dans la vie d’une femme : prenez le temps de trouver le cours de yoga prénatal qui vous convient auprès d’un professeur spécifiquement formé et laissez vous guider sereinement.

 

 

Valentine Peltier

 

Publié le jeudi 31 mai 2018
Partagez cet article :

QEE FÊTE LA JOURNÉE MONDIALE DU YOGA DANS LA COUR DE LA MAIRIE DU IX ÈME le 21 JUIN  Retrouvez nos professeurs dans la cour de la Mairie du 9ème tout au long de la journée pour découvrir ou (re)découvrir cette […]

Lire la suite

Les recettes de Cléa pour Qee : des houmous qui nous veulent du bien !

Qui parmi vous a fait la connaissance du houmous lors d’un apéro veggie, où il constituait, escorté de bâtonnets de carotte et de concombre, l’attraction de la soirée qui plait aux petits comme aux grands ? Tout le monde ? […]

Lire la suite